Bienvenue à Julie Favreau, récipiendaire de la résidence PRIM | SPOROBOLE

Bienvenue à Julie Favreau, récipiendaire de la résidence PRIM | SPOROBOLE

Bienvenue à

Julie Favreau,
récipiendaire de la résidence PRIM | Sporobole

Nous avons le plaisir d’annoncer que Julie Favreau est la nouvelle artiste que nous accueillons dans le cadre de la résidence PRIM Sporobole !

Cette résidence de trois mois offre à l’artiste la possibilité de créer une œuvre de réalité virtuelle cinématique interactive, c’est-à-dire comportant des composantes filmées et des dispositifs d’interaction.

La pratique de Julie Favreau se situe à la croisée des arts visuels, de la chorégraphie, du cinéma et de la dramaturgie.

L’artiste s’intéresse à la charge évocatrice et symbolique qu’un geste peut révéler par l’interaction avec un objet, soit l’invention de gestes à partir d’objets (de sculptures) ou inversement, l’invention de sculptures à partir de gestes. Ses projets récents sont composés d’objets trouvés, modifiés et sculptés, à partir desquels des performeurs entrent en relation afin de produire un répertoire de gestes filmés et photographiés qui expriment ce qui relève de l’indicible. À travers ces récits, les gestes et les matériaux utilisés n’appartiennent pas à une culture ou à une époque identifiable; ils tendent plutôt à représenter ce qui est archétypal, des formes universelles qui traversent le temps. – Pat White

Julie Favreau vit et travaille à Montréal et à Berlin. Ses œuvres sont des histoires ouvertes destinées à induire un état de conscience sensorielle accrue chez le spectateur – des déclarations pour un retour à la concentration, à l’attention, à l’intuition et à la tactilité. Dans ses vidéos, chorégraphies, sculptures et photographies, l’érotisme et le regard féminin sont abordés comme une forme de pouvoir. Elle s’intéresse à l’exploration de la texture érotique du monde, la façon dont les choses animées et inanimées se touchent et s’affectent. Les prochains projets examineront comment le pouvoir spirituel et sexuel ont un rôle à jouer en tant que forces vitales dans la rencontre imminente entre les corps du capitalisme tardif et l’humain augmenté. (texte traduit du site aiship.org).

Elle a été récipiendaire du prix Pierre-Ayot 2014 et de la bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain 2012. 

Au cours des prochains mois, Julie aura l’occasion de réaliser une œuvre en réalité virtuelle cinématique en bénéficiant des équipements et de l’expertise des deux centres d’artistes.

Retour aux articles
© 2022 PRIM - Tous droits réservés.

Les projets PRIM rayonnent aux RVQC!

Les projets PRIM rayonnent aux RVQC!

Les projets PRIM rayonnent aux RVQC !

La 40ème édition des Rendez-Vous Québec Cinéma a pris fin vendredi le 29 avril 2022, avec la remise des prix RVQC en soirée de clôture.  

Nous tenons à souligner tous les films passés par PRIM qui ont été présentés durant le festival:

5:1 de Sara Ben-Saud
L’acte de la beauté de Nicolas Paquet
Amani d’Alliah Fafin
Chanson pour le nouveau monde de Myriam Charles
Chroniques hospitalières de Brigitte Lacasse
Excusez-là! / l’autre bout du monde d’André Gladu
Les fils de Manon Cousin
Prière pour une mitaine perdue de Jean-François Lesage
Rumba Rules, nouvelles généalogies de David N. Bernatchez et Sammy Baloji
Le monde après nous de Nicolas Lachapelle
The truss arch de Sonya Stefan

LAURÉATS ET LAURÉATES 

Nicolas Lachapelle s’est vu décerner le prix Pierre-et-Yolande-Perrault présenté par Hydro-Québec, pour son long-métrage documentaire Le monde après nous

The truss arch, de Sonya Stefan, a récolté une bourse de 20 000$ en services offerts par PRIM pour la Meilleure oeuvre d’art et d’expérimentation.

Finalement, Jorge Camarotti a obtenu une bourse de 6 000$ en services offerts par PRIM pour son court-métrage de fiction Ousmane lors du 18ème gala Prends ça Court!

Félicitations à tous les artistes!

Retour aux articles
© 2022 PRIM - Tous droits réservés.